The Hague Academy of International Law

Tribute to Erik Jayme

At its last meeting in January 2016, the Curatorium of the Academy elected Dr. Beat Hess as its new Vice-President. The members of the Curatorium congratulated Dr. Hess on his appointment and warmly thanked his predecessor, Prof. Dr. Erik Jayme, for his dedication to the Academy over the years. Mr. Jayme was a member of the Curatorium from 1998 to 2016.  

The text of the farewell speech delivered on this occasion by Prof. Teun Struycken on behalf of the Curatorium in its entirety follows below (speech delivered in French):

 

ACADÉMIE DE DROIT INTERNATIONAL DE LA HAYE

Session du Curatorium du 15 janvier 2016 à Paris

 

Monsieur le Vice-Président, cher collègue, cher confrère, cher Erik,

 

À la fin de cette session du Curatorium, nous ne pouvons nous contenter de dire ‘à la prochaine’. D’abord, il convient de vous remercier chaleureusement du fait que vous avez bien voulu assumer la présidence de cette session, en l’absence de notre Président Boutros Boutros-Ghali, ce malgré une aventure orthopédique récente dont vous avez été la victime. Vous n’avez pas voulu céder devant un ordre du jour lourd de décisions délicates.

Hommage !

 

Ceci dit, nous nous rendons compte de ce que vous êtes arrivé à la fin de votre troisième mandat en tant que membre du Curatorium et, de ce fait malheureux, contraint de nous quitter.

 

Nous le regrettons tous vivement!

 

Dans le cercle du Curatorium, vous êtes le successeur du juge Mosler. Vous avez été désigné dans la Session du 10 janvier 1998 tout en étant un candidat indiscutable, mais quand même il y a une histoire là-dedans dont je suis le seul capable à en témoigner. À l’époque, il y avait deux vacatures, l’une à la suite du décès du regretté Dupuy, l’autre à la suite du départ du juge Mosler.

Pendant le programme extérieur de novembre 1997 à Hanoi, une excursion avait eu lieu qui formait le cadre d’un échange de vue avec le secrétaire général, le regretté Daniel Bardonnet. Je lui faisais savoir que, à mon avis, il faudrait absolument nommer un privatiste dans la vacature de Dupuy et qu’il y avait au moins deux éminents candidats français, à savoir le professeur Paul Lagarde et le secrétaire général de la Conférence de La Haye de droit international privé, le feu Georges Droz.

Cette idée s’avérait un peu plus tard ne pas correspondre à celles de Bardonnet lui-même quand il faisait savoir qu’il aimerait terminer son travail de secrétaire général. Plusieurs membres du Curatorium le proposaient comme successeur de Dupuy en tant que membre. Mon désir de voir désigné un privatiste risquait ne pas être exaucé, mais, au lieu d’un publiciste allemand, auquel on avait déjà pensé, un éminent privatiste était proposé, à savoir le professeur Jayme. Bardonnet avait bien joué le jeu! Il avait raison: un ancien secrétaire général chevronné devrait ne pas être perdu au Curatorium.

Cher Erik, votre réputation de grand savant était déjà indiscutable en 1998 comme je viens de le dire. Si quelqu’un voudrait le vérifier, qu’il ou elle lise les listes impressionnantes de publications, listes publiées par étappes dans les tomes du Recueil des cours qui contiennent les cours que vous avez dispensés à notre Académie, à savoir le tome 177 (1982) contenant le cours sur ‘Considérations historiques et actuelles sur la codification du droit international privé’, le tome 251(1995): votre cours général portant le titre ‘Identité culturelle et intégration: le droit international privé postmoderne’, au tome 282 (2000) le cours sur ‘Le droit international privé millénaire: la protection de la personne humaine face à la globalisation’, et provisoirement pour finir le cours de 2015 au tome 375 : ‘Narrative norms in Private International Law: the Example of Art Law’.

Je dis ‘provisoirement’ parce que vous avez bien voulu accepter l’invitation de présenter le cours d’ouverture de la Session de 2016.

Vous n’avez cessé de souligner que les systèmes de droit ne s’isolent pas de la société humaine, mais s‘y imbriquent. Ils sont même des expressions de la culture des sociétés. La culture s’exprime aussi et surtout dans les beaux arts. Ce qui explique votre intérêt pénétrant aux aspects de droit international privé du commerce légal et du trafic criminel ou mafieux transfrontaliers d’oeuvres d’art.

Vous ne vous êtes pas limité au milieu des juristes et artistes allemands, mais a étendu continuellement votre intérêt à l’Italie et au Portugal. Je ne m’empêche pas de mentionner votre biographie remarquable de Pasquale Stanislao Mancini. Les américains et pas mal d’autres ne vous ont pas échappé non plus. Je rappelle que vous avez été président de l’Institut de droit international dès 1997-1999 (Session de Berlin).

Ce faisant, vous vous êtes créé un réseau dense de contacts et d’amis à travers le monde, et nous autres, en tant qu’Académie, en ont bénéficié largement. Dans notre Comité des programmes, dont vous avez été le président fidèle au moins depuis 2005, vous n’avez pas manqué de proposer des candidats très divers pour les cours à planifier et de mesurer les qualités d’autres sur la base de votre grande connaissance de la litterature savante.

 

Au moment de votre départ du Curatorium, nous vous remercions chaleureusement du travail dans ce comité, travail essentiel pour la haute qualité de l’Académie que le Curatorium se doit de tenir à coeur.

Non seulement en tant que représentant éminent de la riche doctrine allemande de droit international ainsi que président du Comité des programmes, mais en tant que vice-président du Curatorium, ce depuis sa session du 9 janvier 2004, vous avez servi notre Académie. À plusieurs reprises, la tâche de gérer nos échanges de vue vous est dévolue, comme c’était le cas aujourd’hui. Dans cette qualité, vous avez toujours réussi à créer une atmosphère agréable, en n’oubliant aucunement la nécessité d’arriver à des conclusions dans le cadre de temps fixé.

 

Hommage, hommage, Erik, Monsieur le Vice-Président, et nos chaleureux remerciements pour tout ce que vous avez accompli pour l’Académie ! Nous vous souhaitons de très bonnes années, en bonne santé, pleines de satisfaction dans ce qui vous intéresse de plus en plus: les beaux arts.

 

A.(Teun)V.M. Struycken

_____

Register for our newsletter: